LE PRIEURÉ
DE BOUTISSAINT

 

 

 

 

 

Sur le territoire de Treigny il n'existait qu'un monastère, le Prieuré de Boutissaint. Il y avait un établissement religieux auprès de la fontaine dite de Sainte-Langueur qui devait être une fontaine sacrée des Gaulois. D'ailleurs le seul nom de Boticen, usité jusqu'au XIIIe siècle, indique une origine Gauloise. Dans la seconde moitié du XIIe siècle existait là une collégiale de chanoines de l'ordre de Saint-Augustin, dépendant de l'abbaye de Saint-Satur en Berry et rattachée au Prieuré de Saint-Amatre d'Auxerre. Perreuse fut érigé en prieuré cure, et Boutissaint resta un simple prieuré.
Cette pauvre Chapelle, qui ne servait plus au culte depuis la Révolution et était en très mauvais état, a été démolie en 1902 et reconstruite dans les années 1970.

1968 marque le début du renouveau de Boutissaint : en effet le propriétaire actuel décide d'ouvrir un Parc naturel de vision.